• Anse La Raie, Maurice
  • Début: janvier 2017
  • Durée 1 an(s)
  • Budget 109341

Les récifs coralliens et les écosystèmes littoraux sont actuellement menacés dans de nombreuses régions du globe. Ces derniers prennent plusieurs années pour se former et se développer mais seulement quelques secondes pour mourir.

Ce projet a pour but la protection des espaces maritimes et côtiers menacés par les activités humaines via une approche communautaire intégrée.

Télécharger la fiche

CONTEXTE

L’Île Maurice n’est pas épargnée par le phénomène récurrent de blanchiment du corail, ni par les pressions humaines liées aux activités dans les zones côtières (tourisme, pêche, pollution) et ceci malgré la mise en place d’Aires Marines Protégées par les autorités gouvernementales. Les lagons de l’île s’étendent sur 243 km2 et sont clôturés par un récif corallien de 150 km abritant près de 200 espèces de coraux parmi les 800 espèces recensées dans le monde.

En 1998, le taux de mortalité des coraux était inférieur à 10% mais le dernier épisode de blanchiment, en 2009, a conduit à une perte drastique de biodiversité et de surface du récif corallien (plus de 75 km de coraux) dans de nombreux lagons de l’île. Dans la région d’Anse la Raie, la couverture corallienne est passée de 60% en 2004 à 5% en 2009. Aujourd’hui encore, la destruction du récif corallien se poursuit.

OBJECTIFS

Ce projet vise 3 objectifs spécifiques :

  • Protéger les écosystèmes côtiers en bonne santé et en mauvais état dans les régions de Roches Noires et Anse la Raie
  • Assurer la pérennité des « Aires Marines de Conservation Volontaire » (AMCV)
  • Élargir et consolider la collaboration et les partenariats avec le gouvernement et les institutions locales et internationales

IMPACTS

Impacts environnementaux :

  • Protection des espèces endémiques menacées
  • Maintien et accroissement des récifs coralliens
  • Restauration progressive de la biodiversité dans les zones protégées
  • Lutte contre le réchauffement climatique (préservation des herbiers marins)

Impacts socio-économiques :

  • Amélioration des conditions de vie des familles de pêcheurs et diversification des revenus
  • Réduction de la vulnérabilité face aux changements climatiques
  • Renforcement des capacités et des connaissances en matière d’écologie marine et de protection d’aires
  • Renforcement des compétences scientifiques
  • Développement de l’écotourisme

RÉSULTATS ATTENDUS

  • Identification de 2 nouveaux milieux côtiers comme ACV (Aire de Conservation Volontaire), pour une surface de 50 ha dans chaque région
  • Agrandissement des 2 AMCV (Aires Marines de Conservation Volontaires) existantes de 30 ha chacune
  • Formation de 15-20 personnes de chaque comité dirigeant les ACV et AMCV en communication et gestion des écosystèmes
  • Établissement des plans de gestion des ACV avec la participation des comités  de gestion communautaire
  • Organisation de 2 évènements communautaires réunissant une centaine de personnes
  • Organisation de 4 sessions de sensibilisation de jeunes (25 personnes/session)
  • Développement d’une éco-certification pour une gestion durable des AMCV existantes
  • Certification d’au moins 8 bateaux

© REEF CONSERVATION

Partenaire opérationnel

    REEF CONSERVATION

Partenaire financier