• 350 bénéficiaires directs dont 35% de femmes

  • 35 000 arbres plantés

  • 5 espèces arborées menacées d’extinction réintroduites

Agriculture durable et agroforesterie

Populations indigènes

Mécénat environnemental

Le projet vise à restaurer l’équilibre écologique de 3 zones de l’Amazonie péruvienne en accompagnant la transition des filières café et cacao vers des pratiques plus durables. Cela permettra d’éviter l’expansion des terres agricoles sur les forêts primaires et de mieux préserver les réserves naturelles.

Contexte

L’Amazonie est la plus grande des forêts tropicales de la planète. Partagée entre huit états, elle représente encore aujourd’hui 8 millions de km2, soit deux tiers des forêts tropicales du monde. Son climat tropical lui confère une extrême richesse en biodiversité ; elle héberge plus d’1,4 million d’espèces végétales et animales, soit presque la moitié de celles sur la planète. Elle joue également un rôle dans la régulation du climat.

La déforestation de l’Amazonie se poursuit, causée principalement par l’agriculture intensive et l’élevage de bétail (responsable de 70% de la déforestation en Amérique du Sud).

Le Pérou est le 5ème pays qui compte le plus de biodiversité au monde et détient 10% de la surface totale de l’Amazonie sur son territoire. L’Amazonie Péruvienne est menacée principalement par l’extension de la frontière agricole via l’abattis-brulis réduisant toujours davantage les surfaces forestières. Les activités de déforestation sont principalement pratiquées au Nord-Est du pays par les populations locales et dans le Centre-Est par l’agriculture migratoire des peuples andins attirés par la forte disponibilité en terres. A cela s’ajoute la pression sur la forêt des coupes illégales de bois précieux pour alimenter le marché noir.

Localisation

Le projet se situe dans trois zones de l’Amazonie péruvienne :

  • Les municipalités de Pichanaki et Tingo-Maria sont situées respectivement dans la région de Junin et Huanuco. Ces zones sont localisées sur le front de déforestation due à la migration agraire des Andes vers le bassin amazonien au centre du pays. Ce sont des régions où la culture du café est prédominante (74% des terres cultivables) pour la première et où le cacao a été fortement développé dans la deuxième.
  • La concession de Conservation Yanayacu Maquia se trouve dans la région du Loreto, dans le bassin amazonien au Nord-Est du pays. Cette réserve naturelle de 40 000 hectares de forêts tropicales primaires héberge 4 communautés dont les ressources principales sont issues de l’agriculture de subsistance, la pêche et la coupe de bois.

Objectifs

Objectifs généraux

  • Développer des alternatives économiques à la déforestation basées sur la préservation des forêts et leur biodiversité (faune et flore)
  • Favoriser des filières durables diversifiées pour l’amélioration des conditions de vie des communautés rurales du bassin Amazonien Péruvien

Objectifs spécifiques

  • Mettre en place des systèmes agroforestiers avec les communautés locales pour préserver les écosystèmes forestiers
  • Améliorer la sécurité alimentaire et les sources de revenus communautaires par la mise en place d’alternatives économiques pour limiter les pressions sur les forêts
  • Promouvoir la préservation de l’Amazonie Péruvienne par la formation et les échanges entre producteurs sur l’agroforesterie, les alternatives économiques et le renforcement de capacités des acteurs de la société civile par la constitution d’un réseau d’agroforesterie et de produits issus de la forêt

Impacts

Impacts environnementaux

  • Accroissement du couvert boisé
  • Lutte contre l’érosion et restauration de la fertilité des sols
  • Préservation des ressources en eau
  • Lutte contre le changement climatique par la séquestration de carbone
  • Préservation de la biodiversité

Impacts socio-économiques

  • Amélioration et diversification des revenus des producteurs et productrices
  • Réduction de la vulnérabilité des familles
  • Renforcement de capacité des producteurs et productrices sur l’agriculture durable
  • Adaptation des agriculteurs et du territoire au changement climatique
  • Valorisation de l’impact des agriculteurs sur le territoire

Résultats attendus

  • 350 bénéficiaires directs (producteurs et productrices agricoles) dont 35% de femmes et 117 000 bénéficiaires indirects (habitants et habitantes des municipalités et familles des producteurs et productrices participants)
  • 35 000 arbres plantés sur 350 hectares convertis en systèmes agroforestiers diversifiés
  • 5 espèces arborées menacées d’extinction sur la liste rouge de l’UICN  réintroduites et préservées
  • 300 jours de formations à l’agroforesterie et à la restauration des sols dont 15 formations à la récolte, transformation, conditionnement et techniques de vente réalisées et 24 formations liées au genre
  • 150 ateliers de sensibilisation à la diversification des fermes réalisés
  • 3 alternatives économiques développées (aguaje et açaï / noix tropicales / vente de semences locales)

Fiche descriptive du projet

Crédits photos : Envol Vert, Perunidad, L.Platiau, A.Donnat, C.Laine

Partenaire opérationnel

    Envol Vert