• 2 978 familles bénéficiaires

  • 22 km de structures antiérosives

En cours (jusqu’en 2020)

Agriculture et foresterie durables

Familles d’agriculteurs éthiopiens

projet(s) en recherche de financement
Aider au financement

Le projet met en place des solutions adaptées et innovantes permettant à la fois de restaurer les terres communales dégradées, mais également d’améliorer la résilience des familles très pauvres et des femmes seules.

Ce projet s’inscrit dans une volonté d’améliorer les conditions de vie des familles rurales en développant des actions visant à comprendre, concevoir et expérimenter avec les acteurs locaux, de nouveaux modèles agricoles innovants facilement réplicables. Il repose sur une innovation technique et organisationnelle qui considère les structures de conservation des sols comme supports de production de biomasse et d’espèces fourragères. Cette particularité offre de multiples bénéfices comme la  protection des ressources naturelles, l’amélioration de la fertilité des sols ou encore la génération et diversification des sources de revenus.

Contexte

Le projet se situe dans la région sud de l’Ethiopie, dans les zones du  Kembatta-Tembaro et du Wolayta où plus de 85% de la population vit de l’agriculture.

La très forte densité de population (300 hab/km² en moyenne, et jusqu’à 1000 hab/km² par endroits) et le morcellement des parcelles agricoles ont pour effets de réduire la productivité agricole et d’accroître le déséquilibre entre les ressources disponibles et les besoins des familles. On parle de «famine verte » pour caractériser ces situations alimentaires  particulières.
Par ailleurs, la violence accrue des précipitations durant la saison des pluies affecte gravement la fertilité et la productivité des bassins versants. Entre l’accroissement démographique et les spécificités climatiques, amplifiées par le changement climatique, les terres sont surexploitées, abîmées et de moins en moins fertiles.

Objectifs

  • Aider les familles paysannes à s’adapter aux changements climatiques (plus longues périodes de sécheresse, plus fortes précipitations)
  • Augmenter et diversifier les productions agricoles afin de permettre aux familles, dont celles en situation de forte précarité, de garantir leur sécurité alimentaire
  • Préserver les terres, la fertilité des sols, la biodiversité et d’une manière plus générale l’environnement, afin de maintenir les capacités productives des fermes familiales

Impacts

Impacts environnementaux

  • Réduction de l’érosion des sols et protection des parcelles agricoles
  • Réhabilitation et restauration de terres dégradées
  • Accroissement du couvert boisé (embocagement des parcelles agricoles)
  • Préservation de la biodiversité

Impacts socio-économiques

  • Amélioration et diversification des revenus des paysans
  • Renforcement de la sécurité alimentaire et réduction de
    la vulnérabilité des familles
  • Renforcement des connaissances et des compétences
    agronomiques des agriculteurs et notamment des femmes
  • Valorisation du travail et du statut des femmes

Résultats attendus

  • 1000 familles mettent en place une pépinière individuelle
  • 40 paysans-pilotes sont formés et équipés par le projet et accompagnent 20 à 25 paysans chacun
  • 450 paysans testent l’intégration d’engrais verts dans leurs cultures et expérimentent de nouvelles variétés
  • 50 familles en situation d’extrême précarité (600 personnes) améliorent leur sécurité alimentaire et leurs ressources
  • 50 km de structures anti-érosives sont construites et contre-plantées
  • 20 000 arbres et arbustes sont plantés

Réalisations

  • 2 978 familles ont mis en place une pépinière individuelle
  • 6 pépinières communales ont été créées
  • 217 paysans-pilotes sont formés et équipés par le projet et accompagnent 20 à 25 paysans chacun
  • 4 390 boutures de gliricidia (haies fourragères fertilisantes) implantées par 232 paysans
  • 22,6 km de structures anti-érosives ont été installées et végétalisées par 447 familles
  • 24 321 plants d’arbres et arbustes préparés par 374 familles
  • 53 paysans ont été formés aux techniques de greffe sur fruitiers
  • 2 121 greffes ont été pratiqués avec 80% de taux de réussite

Fiche descriptive du projet

Crédits photos: InterAide, Fondation GoodPlanet

Partenaire opérationnel

    Interaide