• 11h30

Il y a des rencontres qui peuvent changer une vie et des conversations qui peuvent renverser notre vision du monde. Pourquoi ne pas proposer aux visiteur.e.s de la Fondation de vivre ces temps d’échange déterminants ? Et si ce moment prenait la forme d’un brunch partagé entre une personnalité inspirante et quelques visiteurs ?

Pour que la magie opère, trois ingrédients essentiels ont été réunis :

1. Un délicieux brunch d’inspiration levantine concocté par les chef.f.es Or Bitan et Pierre Bouko-Lévy (ex-Shouk). 4 plats salés et 2 plats sucrés à partager, à la rencontre des saveurs méditerranéennes et de la tradition culinaire d’Europe de l’Est, le tout garanti bio, local, de saison et végétarien. Au menu : houmous de champignons; salade de cresson, olive calamata et pomme de terre; taboulé revisité au chou-fleur et mille graines, shakchouka verte aux épinards et à la feta. Et pour le sucré : tarte aux poires à la crème d’amande et gâteau de semoule orientale à la crème de mahaleb.

2. Du temps : chaque table réunira 8 visiteur.e.s et une personnalité invitée, durant 2h00 …voire plus pour celles et ceux qui souhaitent prolonger leur journée à la Fondation. Le temps nécessaire pour faire connaissance, échanger et pleinement profiter de ce moment de convivialité.

3. Des femmes hors du commun : la Fondation a convié des personnalités qui œuvrent pour l’égalité homme-femme dans l’art, la politique, la culture, les médias…. Chacune à une table, elles reviendront sur leurs parcours et répondront à toutes les questions des visiteur.e. s.

Réservez votre place !

Avec :
La photographe Jane Evlyne Atwood.  Depuis 50 ans, elle a fait des femmes marginalisées son sujet de prédilection. Prostitués, femmes incarcérées, aides à domicile, elle raconte leur vie en image lors de travaux au long cours, en immersion dans leur quotidien.

La néopaysanne Linda Bedouet. Reconvertie en maraichère en bio après 10 ans de carrière dans le secteur de l’immobilier commercial, elle défend une agriculture respectueuse de la biodiversité et du vivant. Elle œuvre également à rendre visible les agricultrices qui ont réussi, espérant ainsi encourager les femmes qui souhaitent se lancer et n’ont pas encore sauté le pas. Elle a ainsi publié en 2019 le livre Néo-paysannes, un recueil de 10 témoignages d’agricultrices.

La militante féministe et anti-raciste Rokhaya Diallo. Elle sillonne le monde, de Paris à Washington, en passant par Dakar, pour promouvoir une plus grande visibilité des personnes racisées dans les médias et encourager les femmes à assumer leurs ambitions et « ne pas rester à leur place ».

La journaliste Nassira El Moaddem. Passée par Canal +, France 2, Europe 1 et la rédaction en chef du Bondy Blog, elle est aujourd’hui journaliste indépendante et collabore pour Mediapart, Causette, Le Monde, Grazia… Elle constate la discrimination subie par les femmes et intègre l’association Prenons la Une qui milite pour une juste représentation des femmes dans les médias et l’égalité professionnelle dans les rédactions. Elle contribue également au podcast « Le Deuxième Texte » diffusé sur Slate.fr qui décortique des textes féministes d’actualité. Enfin, elle est l’autrice du livre, « Les Filles de Romorantin » (éditions de l’Iconoclaste), le récit de son retour dans la ville de son enfance frappée de plein fouet par la désindustrialisation. Elle a également été désignée « European Young Leader » en 2018.

La communicante Mathilde Flecher. Ancienne barmaid, Mathilde a rejoint il y a 3 ans l’équipe de la Brasserie de l’Etre qui accomplit au quotidien un véritable exploit : brasser une bière consciente, respectueuse de vos palais et de l’environnement (certifié AB et Nature & Progrès) au cœur de Paris ! Etre une femme dans le milieu de la bière, c’est pour Mathilde un combat féministe au quotidien. Son cheval de bataille: lutter contre les arguments infondés du marketing viriliste et genré.

La réalisatrice Anastasia Mikova. Du siège de l’ONU au fin fond de la Sibérie, durant près de 3 ans, la coréalisatrice de Yann Arthus-Bertrand a parcouru le monde pour les besoins du documentaire Woman (sortie en salles le 4 mars 2020).  Au total, ce sont près de 1000 entretiens qu’elle a conduits avec son équipe pour libérer la parole des femmes sur des sujets aussi intimes que la violence, la sexualité, la maternité…

La fondatrice des FEMEN, Alexandra Shevtchenko. Elle a créé le mouvement en 2000 en Ukraine, avec ses comparses Anna Hutsol, et Oksana Shachko. Alors âgée de 17 ans, celle qu’on surnomme « Sacha » s’apprête, sans le savoir, à changer le visage du féminisme. Parmi ses actions militantes les plus connues, le « fuck dictator » jeté à la face du président Vladimir Poutine, lors d’une visite officielle en Allemagne. Arrêtée plus d’une centaine de fois par la police ukrainienne et les services secrets russes et accusée de terrorisme, elle fuit en France où elle demande l’asile politique. Elle habite à Paris depuis 2014, ou elle reconstruit sa vie en tant que femme, mère, réfugiée et féministe.

La fondatrice du Festival Les femmes s’exposent, Béatrice Tupin. Iconographe puis cheffe du service photo de l’Obs durant plusieurs années, elle dresse un triste constat : elle a fait travailler très peu de femmes et celles-ci sont trop peu présentes dans les festivals, les prix et les agences alors qu’elles sont de plus en plus nombreuses à pratiquer ce métier. Qu’à cela ne tienne : elle fonde le festival Les femmes s’exposent. L’objectif : mettre à l’honneur leur travail et le faire connaître.