• 11h30

Comment m’émanciper dans un monde devenu insupportable ? Comment échapper à un système aliénant ? La quête d’une réponse m’a fait voyager dans l’espace et dans le temps. Au fil des rencontres, on me dit que l’autonomie, c’est d’abord choisir ses dépendances, et faire valoir sa légitimité par rapport à la légalité. Mais l’autonomie, ce n’est pas l’autarcie. Un maire m’explique qu’on peut co-­‐construire des projets en associant les citoyens, et déboucher sur une démarche «municipaliste». Mais pour interagir avec les autres, il faut dépasser les égos et développer le «précieux facteur humain». Enfin, pourquoi ne pas s’inspirer de la communauté des Escartons, dans les Alpes, qui avaient signé en 1343 une charte, et ainsi reconquis leur autonomie politique et sociale jusqu’en 1789 ? Au final, je me rends compte que l’autonomie que je recherchais est entièrement reliée aux interdépendances avec les humains et avec le vivant.

Le projection sera suivi d’un échange avec la réalisatrice Nazzaréna Matéra.