Responsabilité Sociale et Environnementale

Évaluer pour réduire

"Il est extrêmement probable que l'influence de l'homme a été la cause principale du réchauffement observé depuis la moitié du XXe siècle. (…) Le réchauffement du système climatique est sans équivoque et, depuis 1950, on observe dans ce système de nombreux changements sans précédent (…) » - 5ème rapport d’évaluation du GIEC

L'effet de serre naturel © Fondation GoodPlanet

Si vous avez eu l’occasion de visiter les serres d’un agriculteur, vous avez pu constater qu’il y fait plus chaud à l’intérieur. Cela est possible grâce aux vitres de la serre qui laissent passer les rayons du soleil puis les retiennent prisonniers à l’intérieur.

Dans l’atmosphère, il existe des gaz qui agissent comme les vitres d’une serre. Ce sont, par exemple, la vapeur d’eau (H2O), le gaz carbonique (CO2) ou encore le méthane (CH4).

Ils forment une sorte de couche qui empêchent les rayons infrarouges de se dissiper dans l’espace et les renvoient vers la surface de la Terre. Sans eux, la température moyenne sur la planète chuterait à environ -18 °C et progressivement la Terre se recouvrirait de glace. L’effet de serre est donc un phénomène naturel, indispensable à la vie !

Si aujourd’hui, l’effet de serre semble devenu un problème, c’est parce que les activités humaines génèrent de trop nombreux gaz à effet de serre (GES) qui s’ajoutent aux émissions naturelles. Et plus la quantité de ces gaz augmente dans l’atmosphère, plus la Terre se réchauffe, et donc les climats se dérèglent. C’est pour cela que l’on parle de changements climatiques.

Préserver les climats, c’est donc tout simplement conserver une Terre habitable. L’enjeu est considérable et demande la mobilisation de tous les acteurs afin de limiter les émissions humaines de GES.

 

Chiffres-clés

  • La  concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère (en équivalent CO2) est passée d’environ 285 parties par million (ppm) dans les années 1880 à 400 ppm en 2013. Elle n’a jamais été aussi élevée depuis plus de 2,5 millions d’années !
  • Entre 1901 et 2010, la température moyenne du globe a augmenté d’environ +0,8°C, dont +0,5°C au cours de la seule période 1979-2010. La température moyenne à la surface de la Terre devrait continuer à augmenter, de +2 à 6,4°C d’ici 100 ans selon les scénarios. A titre de comparaison, l’écart de température entre la dernière ère glaciaire, il y a environ 20 000 ans, et la période actuelle est seulement d’environ -5°C et aucune vie n’était alors possible !
  • Le niveau moyen de la mer a augmenté d’environ 17 cm au cours du XXe siècle et pourrait augmenter de 82 cm au cours du XXIe siècle. Or, 1 cm d’élévation c’est environ 1 mètre de côte en moins !
  • 15 à 37% des espèces vivantes pourraient disparaître avant 2050. Elles sont pourtant nécessaires pour se nourrir, se soigner, se déplacer, se loger, s’équiper, etc.
  • 13 millions d’hectares de forêts naturelles disparaissent chaque année, soit une surface équivalente à celle de la Grèce. En Amazonie, c’est l’équivalent d’un terrain de football qui disparait toutes les 7 secondes. Le besoin croissant de terres pour l’agriculture est l’une des principales causes de la diminution de la déforestation.
  • 250 millions de personnes pourraient être victimes de ces changements et devenir ainsi des réfugiés climatiques.
PARTAGER SUR