La solution est dans l’assiette !

Comprendre les enjeux

  • La concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère (en équivalent CO2) est passée d’environ 285 parties par million (ppm) dans les années 1880 à 400 ppm en 2013. Elle n’a jamais été aussi élevée depuis plus de 2,5 millions d’années.
  • Le niveau moyen de la mer a augmenté d’environ 19 cm entre 1901 et 2010 et pourrait augmenter 26 cm à 98 cm d’ici à 2100. Or, 1 cm d’élévation, c’est environ 1 mètre de côte en moins !
  • 15 à 37% des espèces vivantes pourraient disparaître avant 2050. Elles sont pourtant nécessaires pour se nourrir, se soigner, se déplacer, se loger, s’équiper, etc.
  • Une augmentation de la température mondiale de +2°C pourrait entraîner une perte d’entre 0,2 % et 2% des revenus annuels mondiaux.
  • En France, l’ensemble des produits d’origine animale représente près des 2/3 des gaz à effet de serre de notre alimentation.
  • Produire 1 kilogramme de bœuf nécessite 15 000 litres d’eau et émet autant de gaz à effet de serre que parcourir 150 kilomètres en voiture. La viande de porc est 7 fois moins émissive en gaz à effet de serre que le bœuf. Celle de poulet, 13 fois moins.
  • Une tomate produite localement, mais hors saison (donc sous serre chauffée), génère jusqu’à 10 fois plus de gaz à effet de serre qu’une tomate locale produite au bon moment de l’année.
  • Le transport routier émet 9 fois plus de GES que le transport ferroviaire et 3 fois plus que le transport fluvial.
  • Boire 1,5 litres d’eau en bouteille par jour pendant une année équivaut à rouler 1 500 km en voiture contre 1,5 km en buvant la même quantité d’eau du robinet.
  • La consommation énergétique des foyers a été multipliée par 4 en 30 ans, en raison de la multiplication du nombre d’appareils électroménagers présents dans nos foyers. À elle seule, la cuisson représente 7% de l’énergie consommée dans nos foyers.
  • A l’échelle mondiale, 1/3 de la production alimentaire est gaspillé ! Or, contrairement à une idée reçue, nous, consommateurs, sommes responsables de 40% du gaspillage alimentaire en France.
PARTAGER SUR