• Dschang, Région de l'Ouest, Cameroun
  • Début: septembre 2011
  • Durée 5.4 an(s)

Le projet de Dschang a été accompagné dans une phase pilote de septembre 2011 à décembre 2013 afin de lever les limites au développement du projet de compostage puis a été intégré au programme Africompost de janvier 2014 à mars 2017.

Depuis avril 2017, la phase de mécénat pour l’installation des plateformes de compostage est terminée, et les activités de compostage sont soutenues par la compensation carbone volontaire.

Télécharger la fiche

CONTEXTE

La ville de Dschang, située dans l’Ouest du Cameroun, produit annuellement près de 48 000 tonnes d’ordures ménagères et est actuellement confrontée à un important problème de gestion de ces déchets.

Outre les problèmes sanitaires engendrés, la décomposition en absence d’oxygène de ces ordures joue un rôle important sur le réchauffement climatique à travers l’émission de méthane, un gaz à effet de serre 21 fois plus puissant que le CO2.

La valorisation des déchets organiques en compost permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre et fournit un engrais naturel à l’agriculture locale.

OBJECTIFS

Ce projet vise 4 objectifs à long terme :

  1. Valoriser les déchets organiques de la ville de Dschang– traitement de 10 000 tonnes d’ordures ménagères par an;
  2. Produire et vendre 1 500 tonnes de compost à haute valeur nutritive aux agriculteurs locaux;
  3. Mettre en place un site de compostage pouvant employer jusqu’à 80 personnes;
  4. Éviter en 10 ans l’équivalent de 40 000 téq. de CO2.

Les activités du projet incluent la sensibilisation des populations à l’utilisation du compost, ainsi que le suivi social, environnemental, technique et financier des opérations de fabrication et d’utilisation du compost.

IMPACTS

Impacts environnementaux

  • Diminution des nuisances causées par un site de décharge mal contrôlé (maladies humaines et animales, pollutions)
  • Réduction des déchets mis en décharge et allongement de la durée de vie du site de compostage actuel
  • Production d’un amendement qui contribue à la réhabilitation des sols érodés
  • Réduction de l’utilisation des engrais chimiques

Impacts socio-économiques

  • Développement d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement
  • Création d’emplois

REALISATIONS

En 2016 :

  • 1 750 tonnes de déchets ont été traités;
  • 136 tonnes de composts ont été produits et commercialisés.

Depuis 2012 :

  •  3 980 tonnes de déchets ont été traités;
  • 246 tonnes de composts ont été produits et commercialisés.

COMPTABILITE CARBONE

Le projet a été soumis au label Gold Standard, sous le format Micro-Scale (projets délivrant moins de 10 000 tonnes éq. de CO2 par an). Ce label, mis en place par des ONG, est reconnu de qualité par la prise en compte des impacts sociaux-économiques dans le processus de validation des projets.

La méthodologie utilisée est celle développée par les Nations Unies dans le cadre du Mécanisme de Développement Propre : « Avoidance of methane emissions through composting (AMS_3.F) ».

Les réductions d’émissions de gaz à effet de serre sont calculées annuellement en décomptant les émissions des sources suivantes :

  • La fermentation des déchets et des lixiviats générant du méthane;
  • L’électricité utilisée sur site.
  • >

Les émissions de gaz à effet de serre évitées* grâce au projet ont été de

  • 1276 t CO2e en 2016
  • 2119 t CO2e depuis 2015

* données provisoires, vérifications par le Gold Standard à venir.

© FONDATION GOODPLANET © GEVALOR

Partenaires financiers

    AFD
    FFEM