• 6 Ha de coraux artificiels construits

  • 13 Villages impliqués

  • 660 Ha de mangroves gérés

Préservation et restauration de la biodiversité

Communautés locales, pêcheurs

Mécénat environnemental

Les récifs coralliens et les écosystèmes littoraux abritent 25% de la vie marine de notre planète (WWF, 2022). Les communautés des pays tropicaux en développement – dont fait partie Madagascar – dépendent de ces ressources naturelles. Les récifs coralliens sont une source abondante d’aliments et de micronutriments marins, or cet écosystème est en déclin dans le monde entier en raison des impacts humains tels que la surpêche et l’augmentation des températures.  

Ainsi, ce projet vise à améliorer la résilience des populations côtières de la baie de Ranobe au Sud-Ouest de Madagascar, par la réhabilitation des écosystèmes coralliens et côtiers, portée par les populations locales.

CONTEXTE

Madagascar, classé 162 sur 189 pays par l’indice de développement humain (2019) est l’un des pays les plus pauvres du monde avec 81% de la population vivant sous le seuil de pauvreté, soit moins de 1,90$/habitant/jour (Banque Mondiale, 2022).

Dans le sud de Madagascar, des années successives de sécheresse ont entraîné une migration vers les communes côtières. Associée à la surpêche, ces deux facteurs ont exercé une pression inattendue sur les écosystèmes marins, augmentant l’insécurité alimentaire des populations, très dépendantes de ces derniers dans leurs apports de protéines et de micronutriments.

Dans le même temps, l’érosion côtière, les inondations et les cyclones tropicaux liés au climat représentent des risques importants pour les populations vivant sur le littoral, alors que la région de Tuléar, au sud, est la zone de pêche commerciale la plus importante du pays (FAO 2014).

DESCRIPTION DU PROJET

Pour répondre à ces défis, Reef Doctor – une ONG Malgache travaillant dans la baie de Ranobe depuis vingt ans – a testé plusieurs solutions qui visent à augmenter les ressources alimentaires des populations côtières vivant dans cette zone.

L’une de ces solutions consiste en la construction de récifs artificiels. C’est dans ce cadre que le projet « Vatomahavelo » ou « rocher vivant – récif artificiel », a été initié, grâce à la stratégie malgache de « conservation centrée sur la population ». L’association de pêcheurs FI.MI.HA.RA et RENAFEP – représentant les femmes dans la pêche – travaillent depuis des années avec Reef Doctor comme conseiller technique, pour développer cette stratégie de gestion et de développement marin.

L’augmentation des ressources alimentaires marines pêchés à l’aide de récifs artificiels permettra de réduire la pression sur les récifs naturels épuisés en limitant la surexploitation, la pollution et les dommages physiques. En plus de la réhabilitation des récifs coralliens, des activités de restauration et de protection seront menés sur les écosystèmes associés que constituent les mangroves et les herbiers.

OBJECTIFS

L’objectif principal de ce projet est de reconstruire des écosystèmes coralliens sains, de protéger et de restaurer les écosystèmes de mangrove et d’augmenter les prises de pêche. Cela permettra d’assurer la sécurité alimentaire des utilisateurs grâce à une utilisation durable des ressources naturelles (pêcheries de corail et de mangrove) et de réduire l’incidence de la malnutrition à Madagascar.

IMPACTS

Impacts environnementaux :

  • Préservation de la biodiversité marine et notamment des récifs coralliens
  • Amélioration de la santé des écosystèmes marins et côtiers (coraux, mangroves et herbiers marins)
  • Lutte contre le changement (préservation de la mangrove)

Impacts socio-économiques :

  • Intégration de la communauté dans la conservation et la gestion des ressources marines
  • Pérennisation des activités économiques durables des communautés locales
  • Amélioration de la sécurité alimentaire

RÉSULTATS ATTENDUS

Coraux
– 6 hectares de récifs coralliens artificiels sont construits.

Mangroves
– 40 hectares de mangroves sont restaurés ;
– Un plan de gestion pour 660 hectares de mangroves est établi.

Herbiers marins
– 13 hectares d’herbiers sont restaurés par les groupes locaux ;
– 945 hectares de zones d’herbiers à protéger sont cartographiés.

© REEF DOCTOR

TELECHARGEMENTS

La fiche du projet : Télécharger