English version

La Fondation GoodPlanet lance un appel à projet sur la conservation et la régénération des récifs coralliens, la résilience des populations côtières et la protection des écosystèmes littoraux à Madagascar et au Mozambique.

La Fondation GoodPlanet, à travers son programme Action Carbone Solidaire soutient des projets ayant pour double objectif de lutter contre le dérèglement climatique en proposant des alternatives durables et économiquement viables, au profit des populations les plus défavorisées.

Modalités de l’appel à projets

Région d'Antsiranana - Ilot de Nosy Les 3 Frères

La Fondation GoodPlanet soutient des projets portés par des ONG ou des entreprises sociales sous la forme d’un accompagnement financier et opérationnel d’une durée minimale de 3 ans.

Aujourd’hui, disposant d’une opportunité de financement en mécénat environnemental, le pôle Action Carbone Solidaire est à la recherche de projets à développer sur la thématique de la conservation et la régénération des récifs coralliens, la résilience des populations côtières et la protection des écosystèmes littoraux à Madagascar et au Mozambique.

Géographies ciblées : Madagascar et Mozambique

Région de Toliara - Delta de la rivière Mangoky (sud de Belo)

Les pays concernés par cet appel à projet sont Madagascar et le Mozambique, territoires vulnérables aux effets du dérèglement climatique, et plus particulièrement sur la biodiversité côtière et marine.

Madagascar et le Mozambique sont des hotspots de biodiversité où s’épanouissent une faune et une flore uniques au monde depuis des millénaires. Madagascar abrite plus de 250 000 espèces dont 70% sont endémiques. Le Mozambique, lui, abrite des espèces emblématiques : 150 espèces d’oiseaux marins ou encore 36 espèces de mammifères marins y ont élu domicile (Source : WWF).

Néanmoins, sous l’effet cumulé de la surpêche, des industries extractives et de l’acidification croissante du canal du Mozambique (Source : IRD), les écosystèmes de ces deux pays sont aujourd’hui dans un état critique. Leur conjoncture implique une vulnérabilité sociale économique accrue face à ces problématiques majeures.

Thématiques ciblées : conservation et régénération des récifs coralliens, résilience des populations côtières

Région de Toamasina - Canal de Pagalanes (sud Toamasina)

Les écosystèmes côtiers du Mozambique et de Madagascar sont fortement soumis aux pressions exercées par les effets du dérèglement climatique, de l’activité humaine et des dommages récurrents provoqués par les évènements météorologiques extrêmes.

Les effets conjugués de ces pressions sur l’environnement marin et côtier fragilisent de plus en plus la capacité de ces écosystèmes à se régénérer et à fournir les services environnementaux essentiels aux populations qui en dépendent.

L’appel à projets a pour objectifs de contribuer à la conservation et à la régénération des récifs coralliens, à la résilience des populations côtières de Madagascar et du  Mozambique. Cela passe par la mise en place d’initiatives de conservation et de  régénération des récifs coralliens, d’aquaculture durable, de pêche écoresponsable, ou d’exploitation communautaire innovante des ressources fournies par l’océan.

Les projets proposés peuvent s’appuyer sur la réplication d’expériences réussies et permettre de contribuer à regénérer et restaurer les écosystèmes côtiers dégradés à Madagascar et au Mozambique tels que les mangroves, les récifs coralliens, les herbiers, etc.

Cette initiative doit nécessairement avoir un impact direct ou indirect sur la conservation et la régénération des récifs coralliens, mettre à disposition des populations côtières de nouvelles sources de revenus durables et un meilleur accès à l’alimentation tout en réduisant la pression des nuisances humaines sur les écosystèmes côtiers et la biodiversité marine.

Ainsi, nous aurons une attention particulière au modèle d’affaires des porteurs de projets pour nous assurer que les initiatives proposées ne sont pas en contradiction avec l’objectif de l’appel à projets : celui de mettre la restauration de la biodiversité au cœur des projets. Ainsi, tout projet industriel et semi industriel sera écarté.

Calendrier de l'appel à projet

L’appel à projets se décompose en 3 phases clés :

Phase 1 : Questionnaire de pré-sélection. Du 25 octobre au 12 novembre.

La première sélection de projets est réalisée sur la base du questionnaire à remplir par vos soins ci-dessous. Il constitue une première partie rapide destinée à vérifier l’éligibilité de votre projet. Prévoir 20 à 30 minutes.

Phase 2 : Dossier de candidature et entretiens. Du 16 novembre au 08 janvier. 

Après notification de l’éligibilité de votre projet par nos soins, vous serez amené.e.s à compléter un dossier de candidature exhaustif en détaillant l’organisation, les objectifs, le mode opératoire et le budget du projet.
Chaque dossier de candidature sera minutieusement évalué, des documents complémentaires peuvent être demandés.
Des entretiens seront menés avec les porteurs de projets sélectionnés afin de répondre aux questions éventuelles.

Phase 3 : Visite terrain et sélection finale. Du 12 janvier au 17 mars.

Une visite de terrain sera finalement organisée pour les candidats finaux retenus. Elle aura pour but de :
o Découvrir le lieu du projet, de réaliser un état des lieux à date, de rencontrer les porteurs de projets, les bénéficiaires et les autres parties prenantes.
o Evaluer la faisabilité concrète du projet.

Critères d’éligibilité

Région Antananarivo - Lac d'Itasy
  • La thématique principale du projet doit être la conservation et à la régénération des récifs coralliens et la résilience des populations côtières à Madagascar et au Mozambique en les soutenant dans la mise en place d’initiative de conservation et de régénération des récifs coralliens, d’aquaculture durable, de pêche écoresponsable, ou d’exploitation communautaire innovante des ressources fournies par l’océan.
  • Cette initiative doit nécessairement avoir un impact direct ou indirect sur la conservation et la régénération des récifs coralliens, mettre à disposition aux populations côtières de nouvelles sources de revenus durables et un meilleur accès à l’alimentation tout en réduisant la pression des nuisances humaines sur les écosystèmes côtiers et la biodiversité marine. Le projet proposé peut également comporter une composante liée aux mangroves, aux herbiers, etc.

  • Le projet doit se situer à Madagascar et/ou au Mozambique. Il doit être accessible pour une visite terrain et ne doit pas être déconseillé par le ministère des affaires étrangères français.
  • Le porteur de projet doit être une ONG ou une entreprise sociale ayant à minima 5 ans d’expérience dans la mise en place de projets de restauration de récifs coralliens, d’aquaculture durable et/ou de pêche écoresponsable, ou d’exploitation communautaire innovante des ressources fournies par l’océan.
  • Le porteur de projet devra justifier le choix du site de projet, l’expérience des bénéficiaires finaux de l’opération (formations, transfert de gestion, etc.) et les facteurs de durabilités de l’opération.
  • Le budget du projet, de maximum 100k€/année doit représenter 40% du budget annuel géré par la structure pour répartir les risques financiers.
  • Le projet doit être ancré dans un contexte scientifique solide et sa localisation avoir été étudiée au préalable afin de prendre en compte les différents risques présents sur la zone, qu’ils soient de source climatique, socio-économique ou politique.
  • Le projet doit s’inscrire dans les politiques nationales et locales.
  • Les interlocuteur.trices de l’ONG ou de l’entreprise sociale doivent être en capacité de communiquer à l’oral et à l’écrit en anglais et/ou en français, fournir des reportings budgétaires et narratifs et être disposé.e.s à travailler en partenariat sur des sujets stratégiques avec les équipes de la Fondation GoodPlanet.
  • La bonne gestion de l’écosystème marin doit être au centre du projet et des activités pour assurer un développement harmonieux et durable des espèces conservées et produites.
  • Le projet doit être à l’initiative de ou émaner des populations locales. Il doit favoriser leur autonomie en participant au développement d’activités génératrices de revenus alternatifs. La question du développement économique local, de la création d’une chaîne de valeur durable doit être au cœur du projet.
  • Les projets qui peuvent évoluer avec une composante blue carbone seront privilégiés.
  • Les populations locales doivent être intégrées à toutes les étapes du projet : depuis la conception jusqu’à la réalisation et le suivi du projet. Enfin, il doit favoriser la sensibilisation et la formation des populations locales.

Pour plus de détails concernant les critères d’éligibilité, veuillez consulter le document de cadrage ci-dessous.

Si votre projet et votre structure correspondent aux différents critères d’éligibilité exposés ci-dessus et que vous souhaitez établir un partenariat avec la Fondation GoodPlanet, veuillez remplir le questionnaire d’éligibilité ci-joint.

Pour plus d’informations, votre interlocutrice est France Goldzahl, Chargée des programmes Accès à l’énergie et Biodiversité france@goodplanet.org avec en copie Azadée Kermani-Nejad, assistante des programmes Accès à l’Energie et Biodiversité : azadee@goodplanet.org.